2018 juillet 30…

Ajaccio, lundi 30 juillet 2018

La semaine s’annonce caniculaire. Tôt le matin, la chaleur entre et sort par tous les pores de la peau.

Ce matin, une visite me montre le chemin vers demain.

Ces deux petits papillons bleu et rouge viennent se poser sur mon épaule.

Le signe annonciateur de la fin d’un cycle de vie. Le temps est venu de la métamorphose . Le lion sera « Papillion » :  mi lion , mi papillon dans les années qui viennent et qui restent à passer sur cette petite planète bleue.

20 ans de présence dans ce tiers lieu qui a vu passé tous les vents de l’univers.

Les joies , les peines se sont entrechoquées pour ouvrir un chemin éclairé vers demain .

Ces deux petits papillons entrés de bon matin dans le Bistrot du cours ont apporté  les sourires à tous les clients présents . Les deux amoureux virevoltaient au dessus des têtes pendant quelques minutes avant de prendre le large.

Reviendront-ils avec leurs élans de cœur pour ranimer la joie et détendre les masques de vies?

Dans une période où le repli sur soi et le racisme font la une des journaux, un article écrit par un journaliste pose le débat :

https://www.corsenetinfos.corsica/Le-mot-race-est-il-raciste_a34482.html

Le racisme anti-corse œuvre à l’édification de murs entre l’île et le reste du monde footballistique. L’ACA a été puni, ce lundi 30 juillet 2018, et aussitôt le mot racisme revient dans les médias. Pourquoi?

Qui  se souvient des incidents passés?

Les deux papillons du matin ?

Mieux vaut une conscience tranquille qu’une destinée prospère. J’aime mieux un bon sommeil qu’un bon lit. D’ailleurs, le sommeil vient …

L’image contient peut-être : 1 personne, chapeau, barbe et gros plan

 

2018.07.29. Une vision parmi d’autres visions…

Ajaccio , dimanche 29 juillet 2018

TOUT VA BIEN SE PASSER en Corse, entre l’instinct et l’intuition.
Contemplant le chaos, écoutant le silence, accompagnant la solitude, un chemin s’ouvre à nous.
Longtemps au service des autres, je pensais que mon service à l’humanité apportait de la joie plus que de la peine. Aujourd’hui, après 40 ans de gesticulations et de paroles envolées , je tire le bilan entre joies et peines .
Les actes ne ressemblent qu’a de petites pierres disséminées derrière moi au milieu des milliers de rencontres que j’ai pu faire sur ce chemin de vie.
Toutes ces rencontres ont fait de moi ce que je suis devenu: un « sociodidacte pessoptimiste »
Le chaos m’a permis de voir un nouveau monde germer, naître .
Cette fleur sera belle ou ne sera pas, comme la vie peut-être ou ne pas être .
Les nombreux jardiniers du nouveau monde feront ce que bon leur semble.
Le silence créé par l’activité des plaisirs me rend de plus en plus philosophe et j’observe la caravane du futur passer vers demain à un rythme rapide, trop rapide à mes yeux.
Longtemps, j’ai agi sans me soucier des étiquettes qu’on collait sur moi.
Je n’avais que faire de ces définitions qui me semblaient futiles et peu constructives.
J’ai fait comme j’ai pu dans un monde trouble. Ma position sociale que je voulais centrale était très difficile à tenir sur le fil de ma vie.
Les vents ont beaucoup soufflé.J’ai appris à garder l’équilibre tout en étant balancé dans tous les sens.
Maintenant, Je baisse les yeux du ciel vers la terre et j’entrevois ce que je suis.
Ici, le miroir de ma solitude se révèle à moi.
Je ne vois que le bruit du chaos passé. Il résonne en moi comme l’allégorie de la caverne.
Je pense que tout n’est qu’illusion sur terre , sauf la nature qui est la matrice de tout. Le réel et le fantasme se sont accouplés pour faire de l’illusion , le voile posé sur le monde.
Cette vision est la mienne pendant ces années de conscience, d’observation.
Et si le voile s’envolait ? Tous les murs disparaitraient et les hommes devraient, probablement, refaire le monde pour avancer vers demain.
je rêve, seul, regardant là-haut au milieu du nombre en bas , où suis-je ?
Ma folie laissera t-elle place à la sagesse qui s’avance à moi. Elle me sourit , me tend les mains. Ses mains sont belles, je souris à la vie qui me pousse vers la sagesse.
Être sage ? Est-ce bien raisonnable et humain ?

En 2018, l’humanité a t-elle du sens ? La pensée est elle utile ? Le doute apporte -il moins de souffrances aux humains ?

J’ai beaucoup rêvé avant d’être lucide et de toute façon mon sentiment n’est que mon sentiment perdu dans l’illusion et les yeux de la souffrance masquée de notre société.


Ajaccio, dimanche 29 juillet 2018
P.B

L’image contient peut-être : 1 personne, chapeau, barbe et gros plan

Photo (Thomas Leroy)

Haikus juillet 2018 29 dimanche

Ajaccio, le dimanche 29 juillet 2018

Haiku 2018/07/25
Vu de haut cité
Tes rues s’écrivent demain
Sourires futurs…P.B

L’image contient peut-être : ciel, plein air, eau et nature

Haiku 2018/07/24
Les formes l’habitent
La plage s’apaise au soir
L’aube motivée…P.B

L’image contient peut-être : personnes debout, ciel et océan

Haiku 2018/07/24
L’homme aux couleurs
Peinture venue du coeur
La vie va et vient…P.B

L’image contient peut-être : personnes debout

Haiku 2018/07/24
Entre les hauts murs
Se dessine le volcan
Danger imminent…P.B

L’image contient peut-être : ciel, nuage et plein air

Haiku 2018/07/23
Le jour s’efface
Arrivée de la lune
Le cycle du temps…P.B

L’image contient peut-être : nuage, ciel, nature et plein air

L’affaire Benalla est instructive …

« Quand on est emmerdé par une affaire, il faut susciter une affaire dans l’affaire, et si nécessaire une autre affaire dans l’affaire de l’affaire, jusqu’à ce que personne n’y comprenne plus rien. » Charles Pasqua

Ajaccio, dimanche 29 juillet 2018

P.B