Haiku du soir

Ajaccio , vendredi 30 novembre 2018

L’image contient peut-être : pont et plein air

Haiku 2018/11/30
Sous le pont rêvé
Les sentiments dénoués
Parler d’un amour…P.B
photo N.D


Publicités

Vendredi 30 novembre 2018. Le jour d’après la pétition: « Pour la métamorphose d’un délaissé urbain depuis 20 ans »

Ajaccio, vendredi 30 novembre 2018

Il était une fois un tiers lieu situé au 10 cours Napoléon d’Ajaccio .

Entre le 8 et le 10 cours Napoléon se trouve une impasse publique , surnommé  » Délaissé urbain » qui a été abandonnée depuis 20 ans au moins par le « système de fonctionnement humain ».

Longtemps , (1er septembre 1998- 6 novembre 2018) l’établissement attenant à l’impasse publique a subi l’impensable et l’absurdité humaine, au beau milieu de l’indifférence .

Ne dit-on pas que : « Quand on veut noyer son chien , on dit qu’il a la rage ».   La « mauvaise réputation  » donnée au « Bistrot du cours », au vu et au su, de tous les ignorants , aveugles que l’on surnomment les « gens biens » a fait de gros dégâts pendant toutes ces années.

 Le 6 novembre 2018, de hauts responsables du territoire sont venus voir, discuter et comprendre le « crime » et la mise en péril créée, depuis juin 2010 .

Le 5 novembre 2018 , une pétition a été lancée avec l’ambition d’atteindre 300 signatures au 30 novembre 2018.

Le 28 novembre 2018, 454 soutiens signaient aux côtés du « Bistrot du cours » pour dévoiler publiquement un scandale qui a duré 20 ans dans l’indifférence criminelle . Tous coupables ? Tous responsables ?

Il est hors de question d’accuser le fameux système de « fonctionnement humain » puisque de 1998 à 2018 , nous avons connu 3 maires avec 3 étiquettes politiques différentes qui se sont succédés à la Ville d’Ajaccio: Marc Marcangeli 1994/2001 ; Simon Renucci 2001/2014 ; Laurent Marcangeli 2014/2018.

Le but depuis des années était de vouloir comprendre les mécanismes dans le système de fonctionnement et démontrer que la crapulerie est organisée entre les uns et les autres dans un cadre défini: la société des hommes.

Ce n’est pas compliqué d’observer que quelques hommes font leur loi hors-scène .

Si le raisonnement se veut stratégique pour comprendre les mécanismes, peut-on, tous ensemble, se poser les bonnes questions  ?

  • Sur la commune , qui est le premier responsable de la bonne gestion communale ?
  • Qui est responsable de la mise en péril de l’impasse publique au 8-10 cours Napoléon (face Préfecture de Corse) en plein coeur du coeur de ville d’Ajaccio, depuis le 1er septembre 1998 : Marc Marcangeli (décédé) ? Simon Renucci ? Laurent Marcangeli ? Bistrot du cours ?
  • Dans la maison commune (Casa cumuna) qui gère les dossiers des administrés sur le territoire communal ?
  • Sur le territoire de la commune , qui délivre droits de places, permis, autorisations et qui contrôle ?
  • Sur le territoire communal , qui exerce le commerce, le pouvoir, l’autorité, la consommation… ?
  • Sur le territoire de la ville d’Ajaccio, qui fait le travail de terrain pour la mairie , les contribuables, les ajacciens, les corses, les français, les européens et les « martiens » ?
  • Sur le territoire communal , qui ne connait pas, à la mairie,  tous les commerces installés ?
  • Qui ne connait pas  l’impasse publique du 8-10 cours Napoléon, à la mairie  ?
  • Qui n’entretient pas l’impasse publique « abandonnée » depuis le 1er septembre 1998 ?
  • Qui observe, agit,  approvisionne, autorise, contrôle sur le territoire communal ?
  •  Sur le territoire communal , qui devient riche ? Qui devient pauvre ?
  • POURQUOI la GIVEBOX d’utilité publique (charité) gênait un système de fonctionnement (hôpital)
  • La liste peut s’allonger………………………………………..

Qui pense que c’est compliqué de comprendre les mécanismes entre les causes et les effets ?

En Corse comme ailleurs, tout le monde aboie, gémit, se plaint après le Président , le Préfet, le Maire… La société n’a t’elle pas besoin de tous les citoyens pour construire l’avenir ?

Qui peut comprendre que tous les élus peuvent être semblables et en même temps si différents ?

Le constat qui peut aider à analyser certains mécanismes :

Le 5 novembre 2018, une pétition de soutien a été lancée pour obtenir 300 signatures en fin de mois   » Pour la métamorphose d’un délaissé urbain PUBLIC, depuis 20 ans ».

Le 6 novembre 2018, rencontre avec les hauts responsables.

Le 28 novembre 2018, la pétition a atteint son but avec 454 témoins (359 papier+ 127 internet).  2 élus corses* et 357 citoyens ont signé la pétition papier .

Le 30 novembre 2018: la pétition est prête à l’envoi vers M le Maire d’Ajaccio, Laurent Marcangeli.

En lisant les 454 signatures de soutien , peut-on considérer  grave de voir que les élus ne se bousculent pas pour la chose publique  à métamorphoser?  Ne sont-ils pas là pour anticiper, gérer, gouverner et changer la vie de leurs concitoyens sur le territoire insulaire?

20 ans d’incurie !!  Aveuglement ? Ignorance ? Mépris ? Indifférence  des élus corses ? N’ont-ils pas le droit et le devoir de porter le commun pour tous les citoyens de Corse ?  

Le commun et la bienveillance peuvent-ils représenter un beau chemin pour tous nos élus ?

 N.B: les deux élus corses qui sont venus soutenir la pétition « Pour la réhabilitation d’un délaissé urbain depuis 20 ans » se reconnaitront  et nous les remercions  pour la Corse, les corses et la chose publique , le vendredi 30 novembre 2018 .

Il est évident que tous les autres insulaires sont les bienvenus , aussi , pour plus de renseignements sur la chose publique (délaissé urbain) et un accompagnement de la démocratie , sur l’île de Beauté : juste une île aimée ?

AVANT le 28 novembre 2018

Photo de Pascal Bruno.

Après le 28 novembre 2018

Aucun texte alternatif disponible.

“Les faits sont la chose la plus obstinée du monde.”




Jeudi 29 novembre 2018. Un tiers lieu au milieu d’un tout dans la cité impériale .

Ajaccio, jeudi 29 novembre 2018

« Le Bistrot : un café pas vraiment comme les autres Tout au long des vingt dernières années, le Bistrot du cours n’a jamais été un bar comme les autres.
Lors des grèves de 1989, il devient durant trois mois le rendez-vous quotidien des manifestants qui se réunissent devant la préfecture. S’y côtoient dans une sorte de pacte de non agression non écrit des syndicalistes, des élus (de tous bords) du conseil général, des fonctionnaires de la préfecture ou de la DDA, des gens quelque peu en marge, des policiers, des journalistes… Les apéros s’y prolongent jusque tard dans la nuit. Dix années plus tard, le Bistrot devient un lieu plus cosy. La décoration change. L’établissement affiche un air de pub anglais.
Les salles du haut et du bas sont reliées par un escalier. Et les salariés du secteur y déjeunent volontiers. Mais la notion de«mélange de population » demeure une constante. Lorsque Pascal Bruno reprend l’affaire il ya douze ans, il décide d’imprimer sa marque. Surfant sur la vague internet, il en fait le premier cyber-café du centre-ville. Le restaurant disparaît au moment où tout le monde se lance dans le plat du jour. La grande salle du bas se transforme, selon les jours en café philo, café citoyen, lieu de conférences de presse, permanence politique, salle de théâtre ou de concert… La salle du haut est également dédiée aux livres.À échanger ou lire gratuitement. Un concept, des concepts.
Une sorte d’institution en fait. Totalement atypique dans la cité impériale…

29 novembre 2018, après une longue période de mise en péril, le jour se lève et  la lumière arrive… Le Bâton de parole a fait le bon chemin dans une période très sombre pour la société ajaccienne…


INFO:454 signatures, la pétition « Pour la métamorphose d’un délaissé urbain depuis 20 ans » est prête.

Ajaccio, jeudi 29 novembre 2018

TOUT VA BIEN SE PASSER , la pétition est arrivée au but: fin de novembre 2018 et rédaction de la lettre à M le Maire avec les 454 soutiens.

Avec le but d’atteindre les 300 signatures de soutien du 5 novembre au 30 novembre « Pour la métamorphose d’un délaissé urbain depuis 20 ans », j’informe la population ajaccienne que la « douce » prise de conscience populaire a permis de collecter au 28 novembre 2018 : 454 signatures (125 internet + 329 papier).

La pétition est terminée le mercredi 28 novembre 2018.

(1) La grave mise en péril du Bistrot du cours(victime/bouc émissaire)

(2) « l’enlèvement incompréhensible » d’un concept de solidarité, d’utilité publique « Givebox » 

(3) L’abandon d’une impasse publique 8-10 cours Napoléon en plein cœur du cœur d’Ajaccio juste en face des beaux jardins de la Préfecture de Corse « Palais Lantivy ».

Ces 3 causes premières ont déclenché la pétition de soutien.

La prise de conscience de M le Maire d’Ajaccio a eu lieu . La méprise et mise en péril  ont  été dévoilées publiquement.

Le 6 novembre 2018:

De hauts responsables municipaux sont venus, ont compris la terrible situation vécue par la victime et bouc émissaire, des paroles et des promesses ont été envoyés dans la discussion…

Je tiens à remercier chaleureusement toutes les personnes qui ont compris, qui sont venues voir de près la situation et analyser le scandale qui dure depuis des années dans le cœur de la cité d’Ajaccio face à l’indifférence presque générale d’une population gardée dans l’ignorance et l’aveuglement.

Le futur livrera la vérité, si …

L’image contient peut-être : texte

125 signatures internet…. +2, le 29 novembre 2018

Aucun texte alternatif disponible.
3

329, papier

Mercredi 28 novembre 2018.Les faits entre le Citoyen, les mécanismes, le Maire…

Ajaccio, mercredi 28 novembre 2018 . Dans un contexte très malsain, il est des faits avérés et des histoires de vies extraordinaires.

En voici une, située en plein cœur du cœur de la cité d’Ajaccio au 8-10 cours Napoléon, face aux jardins soignés de la Préfecture de Corse. Les faits étaient et sont les faits. Ils resteront les faits car ils sont têtus !!

Il était une fois une impasse publique (8-10 cours Napoléon d’Ajaccio) abandonnée et soumise aux pires interprétations dues à l’ignorance ou à la malveillance.

Depuis 20 ans, l’abandon total de cette impasse en avait fait un « délaissé urbain » comme les immeubles effondrés récemment à Marseille (8 morts) . La mise en péril était visible de tous . Et pourtant !! 20 ans ont passé dans l’abandon et l’indifférence .

La première victime et bouc émissaire de l’ignorance et de la malveillance était le petit bistrot du cours attenant à l’impasse publique  devenue un lieu immonde , au vu et au su des passants et visiteurs des « abysses du cœur de ville ».

Le bistrot du cours , petit établissement tranquille, subissait les coups de l’absurdité , sans gémir, jusqu’au  jour où un évènement allait faire réveiller la conscience du Bistrot du cours, le jeudi 11 octobre 2018…

La limite de la patience et de la bienveillance était largement dépassée avec l’attaque frontale d’un système municipal pervers et aveuglé dans un contexte pervers, crapuleux.

J’avais lancé l’alerte PUBLIQUEMENT en juin 2010. En vain , j’ai crié dans le désert des aveugles et ignorants . La mise en péril a été décidé par le « fameux système » en juin 2010.

La société des hommes est composée d’hommes et de créatures rampantes. Beaucoup le savent ici comme ailleurs.

Les faits nouveaux :

-Jeudi 11 octobre 2018 : 3 agents du service « Commerce, Artisanat et Gestion du Domaine Public » équipés d’un appareil photo sortaient de l’impasse .

Détail important à retenir:  avant le constat , les trois agents du service « Commerce ,Artisanat et gestion du Domaine Public » ne s’étaient pas présentés, à moi,par politesse et pour obtenir une explication sérieuse . BIEN CURIEUSE manière de fonctionner dans la cité d’ Ajaccio !!

  • jeudi 18 octobre 2018 : réception d’un courrier recommandé expédié par le service municipal me demandant de retirer la « GIVEBOX » *  concept solidaire et cache misère de l’impasse abandonnée depuis 20 ans. Vu la gestion du domaine public ajaccien , la demande est ubuesque.  Le contexte très malsain imposerait presque un remerciement, il n’en est rien. La demande municipale est officielle et motivée par des prétextes d’accessibilité, de sécurité et de gestion du Domaine Public. Le Bistrot du cours doit exécuté l’ordre sous 7 jours, avant poursuite en justice.
  • Vendredi 19 octobre 2018: après une nuit agitée et une colère non retenue, j’appelle à 14 heures le service municipal « Commerce, Artisanat et gestion du Domaine Public » pour poser des questions sur une situation plus qu’étrange survenue dans un contexte très malsain dans la gestion du domaine public ajaccien. Une voix féminine me répond après m’avoir fait attendre avec une musique d’ascenseur que les « chefs » ne sont pas là et de rappeler le lundi suivant. Je dis que je ne rappellerai pas,plus et que je m’adresserai directement au « bon Dieu ».
  • Détail important: il faut savoir que tout le monde se voit dans la pièce du service municipal concerné. L’attente au téléphone était, donc, étrange et pose question sur le fonctionnement du service municipal !!
  • Samedi 20 octobre 2018 : enlèvement de la « GIVEBOX » à coup de masse devant les passants qui posent les questions. J’explique l’infraction à tous ceux qui s’inquiètent de l’enlèvement d’un concept d’utilité publique au service de la population (riche et pauvre)
  • Mardi 30 octobre 2018 : envoi d’un courrier recommandé à M le Maire d’Ajaccio pour démontrer l’absurdité de la situation.
  • Mardi 6 novembre 2018 (matin) : visite de hauts responsables municipaux et PRISE DE CONSCIENCE d’une grave situation de mise en péril. Paroles et promesses bienveillantes données.
  • Mardi 6 novembre 2018 (après-midi): visite de hauts responsables pour annoncer le retour prochain de la « GIVEBOX » d’utilité publique. Paroles et promesses de bienveillance données.
  • Détail important : M le Maire n’était pas informé par son service municipal « Commerce, Artisanat et gestion du Domaine Public » de la mise en péril .
  • Samedi 10 novembre 2018: une visite guidée du délaissé urbain depuis 20 ans est organisée et une pétition pour 450 signatures est lancée, ce jour jusqu’ à la fin novembre.
  • Lundi 19 novembre 2018: visite au service municipal ,rue des trois Maries*. Demande d’attestation de contrôle.
  • Mardi 20 novembre 2018: visite au service municipal , rue des trois Maries. Seconde demande d’attestation de contrôle .
  • Mardi 20 novembre 2018 : visite de deux « chefs » du service municipal qui me remettent l’attestation demandée, signée par le DGS.
  • Mercredi 21 novembre 2018 : réception par pli recommandé de l’attestation demandée.
  • Mercredi 21 et jeudi 22 novembre 2018 : observation et casse de deux petits murs par le service municipal « Maçonnerie ».
  • Jeudi 22 novembre 2018 : visite de hauts responsables municipaux au bistrot du cours. Demande de rencontre . Paroles et promesses bienveillantes.
  • Mercredi 28 novembre 2018 : nous arrivons au terme de la collecte de signatures avec 117 pour les réseaux et 310 pour le papier , soit 427 signatures sur 450 . La lettre de pétition partira avec les 450 signatures vers la Mairie d’Ajaccio pour demander la « Métamorphose d’un délaissé urbain depuis 20 ans »
  • SVP, signez sur le lien ci-dessous:
  • https://www.mesopinions.com/petition/justice/metamorphose-delaisse-urbain-20-ans/52080

Le comble dans cette histoire de crapulerie organisée est que le citoyen est victime/bouc émissaire, que les mécanismes/fonctionnement d’un intermédiaire sont pervers et que le Maire (non informé) était victime et en porte à faux dans un système pervers organisé par quelques personnages « bien assis » dans la cité d’Ajaccio.

Donc entre le citoyen et l’élu, un ou quelques personnages « Dr Jekill et Mr Hyde » œuvraient dans le hors scène monstrueux . SIMPLE à observer et comprendre pour les enquêteurs …

Plus tard , on dira que le père était pourvoyeur de tous et ennemi de tous. Monsieur le Maire est le père de deux jeunes enfants. CQFD .

Tous semblables, tous différents, nous sommes… TOUT VA BIEN SE PASSER … Tôt ou tard !!

*http://www.lejournalinternational.info/quest-quune-givebox/

Mardi 27 novembre 2018. Pourquoi ? Cette question qui ouvre la rencontre entre fantasme et réalité

Ajaccio, mardi 27 novembre 2018

Quand on aime les autres, les larmes qui coulent sont amères mais plus amères encore sont celles qui ne coulent pas. Le mal  a été banal mais il a été très dur d’accepter la souffrance sans réagir.

Le mal a été causé par l’ignorance des hommes qui se croient supérieurs.

Les hommes de bonne foi ne sont pas tout le temps de bonne foi. Certains calculent, calculent …

Le double discours ou le mensonge criminel est un acte qui restera monstrueux.

Pourquoi ?

Cette question ouvre l’esprit .

Souvent je pose cette question:  « Pourquoi »,  entre moi et le problème posé.

Le chemin fixé est donné par une force supérieure . On doit accepter ce tracé pour avancer, sans trébucher au dessus de ce fameux trou noir qui peut tous nous aspirer.

 Être et rester dans le cadre légal .Tel était le but ! 

Suivre la règle de la chose publique est une bonne condition pour avancer dans la life!!

Pourtant on sait bien qu’à l’impossible nul n’est tenu.

Alors, pourquoi est on abandonné ou poussé dans l’illégalité par le premier représentant responsable de l’état républicain ?

Pourquoi le Maire n’alerte pas la justice officiellement, directement ? Qui a intérêt à créer l’emprise du crime ?

En juin 2010,  j’ai alerté l’opinion publique et parlé, dans l’intimité de son cabinet, au Maire d’Ajaccio de faits très graves me concernant et impactant directement ou indirectement la société ajaccienne.  La justice a été saisie , elle a suivi son cours jusqu’à ce jour.

Pourquoi avoir rencontré le maire d’Ajaccio, en juin 2010, pour oser dire la vérité sur une situation très complexe ? Parce que le contexte semblait très malsain et que le Maire était dans une position de justicier . Et, surtout, parce qu’il était en première ligne entre moi et le « problème ».

Le Maire, sans conscience , m’a conseillé de suivre le « clientélisme illégal » et d’accepter sa « clientèle » dans mon petit tiers lieu au cœur de ville. Ces propositions étaient puantes et crapuleuses. Heureusement, des témoins ont assisté à la scène hallucinante. Je n’oublierai pas. Personne n’oubliera. J’ai refusé ses offres indécentes, pour un maire,en lui donnant rendez-vous ailleurs et plus tard, vers la vérité.

Ainsi, le piège insidieux s’est refermé quand le Maire de l’époque m’a donné une fin de non recevoir et abandonné dans le panier de crapules, en 2010.

En 2014, il a perdu son fauteuil de  » pathétique parrain ». 

Pourquoi un homme peut-il dériver sans appeler la justice ?

Soyons clairs en précisant que face à la crapulerie organisée, le Maire (officier de police judiciaire) est bien le seul  premier rempart entre le citoyen et le fléau ou crime.

Alors pourquoi un maire s’autoriserait-il  à pousser un citoyen vers l’illégalité et le clientélisme ?

Quel serait son intérêt de détruire le citoyen et la société ?

N’est-il pas là pour anticiper et régler les problèmes de toutes sortes et, notamment, les dérives crapuleuses ?

La police et la justice ne sont-ils pas suffisamment crédibles et capables de l’aider, de l’accompagner face à la crapulerie organisée.

Et si le système « Hors scène » et sa puissance dépendaient du comportement d’un maire faible de conscience?

POURQUOI ?

Parce que les hommes sont petits et se font écraser de leur plein gré pour éviter de créer la justice, la démocratie et la naissance d’une autre société plus solidaire.

On pourrait dire que ce n’est pas parce que la bière coule à flots que l’on doit s’y noyer.

Un maire, en 2010, s’est perdu dans l’opacité d’un système crapuleux où la bière coulait à flots.

En 2018, comment se comportera le Maire en mouvement ?

En  novembre 2018, pourrais je, enfin , dire qu’il y a mille soleils derrière les nuages ?

ALEA JACTA EST


Le jour se lève…



Le saviez-vous ? Elles ont besoin d’être écoutées. Lundi 26 novembre 2018

Ajaccio , lundi 26 novembre 2018

La cause des femmes battues est peu suivie ou entendue dans l’opinion.

C’est le constat que nous faisons après la marche de samedi. Nous avons vu peu de citoyens sensibilisés même s’il y avait un peu plus de monde que l’an dernier.

Pourtant, toute la société est touchée au cœur. Les femmes, les enfants et les hommes souffrent dès que la violence frappe les cœurs.

 Ce samedi, j’ai ressenti une drôle de sensation pendant la marche  des femmes battues. Un paradoxe !

A la fois, j’étais heureux d’accompagner cette cause pour le respect et la dignité humaine et, d’un autre côté j’ai ressenti une tristesse de voir peu de monde concerné sur une population de 110000 habitants dans le grand Ajaccio .

Dans tout le territoire de la CAPA, une centaine d’hommes et de femmes se sont mobilisés, à 17 heures, près du « banc rouge ».

Certes , on peut penser et dire que l’engouement  était timide. C’est « trois fois rien », mais dans la rue , les gens ont marché et parlé de ce fléau. Bon début vers la prise de conscience qui viendra dans les prochaines années.

Je pense que, tous les jours,  la parole pourrait envahir la rue  pour sensibiliser , informer, instruire ,éduquer tout le monde sur un commun dramatique.

Résultat de recherche d'images pour "femmes battues citation"

On pourrait limiter la « Casse » :

« Ce que vous devez savoir à propos des femmes maltraitées :

 1. La violence conjugale est bien plus fréquente que vous l’imaginez et touche toutes les catégories sociales.

2. Les femmes sont plus souvent victimes de la violence dans le couple.L’homme est également victime de violence conjugale mais les «  » sont beaucoup plus rares et pour eux, les violences sont essentiellement psychologiques  .

3. Les violences débutent souvent (ou redoublent d’intensité)durant la grossesse. Les trois quarts des femmes battues ont au moins un enfant.

4. Il ne faut pas confondre la violence faite aux femmes avec les conflits de couple qui dégénèrent. Lors d’une « simple » dispute,les deux conjoints peuvent en venir aux mains sans qu’il soit possible d’identifier un agresseur et une victime (les deux points de vue s’opposent dans un rapport d’égalité). Par contre, lorsqu’une femme est battue, il y a clairement un abus de pouvoir de l’homme et un rapport de force pour dominer la femme.

5. Quand on parle de « femme battue » ou d’« homme battu », on oublie souvent de prendre en compte la violence psychologique qui accompagne les coups et blessures. En réalité, la violence conjugale comprend à la fois la violence physique (bousculades,coups, gifles, morsures, strangulations, tortures, brûlures, séquestrations,…) ET la violence psychologique (harcèlement, dénigrement,humiliations, rabaissement, dévalorisations, critiques, reproches, chantages affectifs, intimidations, isolement, menaces, insultes,…)

« tu es une incapable ! »

« tu es une bonne à rien ! »

« si ça continue, je vais te tuer ! »

« tu es vraiment trop nulle ! »

Il est intéressant de noter que la violence psychologique commence pratiquement toujours AVANT l’apparition de la violence physique. Et dans la majorité des cas,une femme battue continue de se faire harceler entre les coups qu’elle reçoit. De plus, le harcèlement moral est parfois bien pire que la violence physique !

6. Un homme ne naît pas violent, il le devient au fil du temps.En parallèle, la situation de la femme battue a tendance à empirer avec le temps (d’où la nécessité d’agir rapidement pour s’en sortir).

7. Une femme battue qui ne réagit pas met en danger sa vie et sa santé (stress, anxiété, troubles du sommeil, troubles de l’appétit,peurs, perte de l’estime de soi, dépression, décès…) et parfois celle de ses enfants.

8. Les femmes battues ont souvent peur de ne pas être comprises ou prises au sérieux car les hommes violents ont un double visage : en société,ils sont charmants, séducteurs, courtois et adorables (comme monsieur tout le monde) et à la maison, ils sont méchants et violents.

 9. On ne devient pas une femme battue par hasard ni du jour au lendemain… »

La société changera…


.

Résultat de recherche d'images pour "femmes battues"