Le silence est un message… En Corse.

En Corse , le silence est un message.

Cette île montagne s’est enfermée dans le silence. Pourtant, cette terre riche de ses caractères silencieux et retirés de la grande belezza ou illusion destructrice connait les hommes qui occupent ses jours et ses nuits.

Vivre dans le clientélisme est-il bon ou mauvais?

En Corse, le malaise que nous traversons est en partie due au clientélisme mais aussi à la corruption qui ont empêché notre île de se moderniser et empoisonnent la vie quotidienne des corses.

La fascination pour les crapules ou les assassins a plongé les iliens dans le silence qui plombe et dure depuis longtemps, trop longtemps…
Dernier fait grave datant de ce 11 septembre 2017:
Des impacts sur la façade de sa maison, au réveil : voilà la découverte qu’a faite , le maire de Centuri , en Haute-Corse , ce lundi matin. Sa maison a été visée par des tirs de fusil de chasse dans la nuit de dimanche à lundi. Les intimidations sont faites de nuit et par arme à feu . Courageux !!
Selon le maire de Centuri :  « il s’agit de gens qui en veulent à la mairie, qui cherchent à nous intimider car depuis trois ans nous dénonçons des infractions de toute sorte au parquet, malgré les pressions verbales et physiques ». Aucune inscription n’apparaissait.
Le silence dans la nuit peut être bruyant, mais invisible dans les esprits de cette région corse terrorisée . Le blabla des élus est un boucan silencieux pour mettre fin à ces pratiques barbares infligées par la vermine …
Par ailleurs, la justice prend le train pour trouver sa voie en Haute-Corse…
apprendre
Publicités

Corse, une île violentée ?

2017/09/10

Corse, une île violentée.

La fascination du mal engendre le malheur en Corse, comme ailleurs. Je pense.

Actuellement, malgré des années de violence, l’évolution du paysage insulaire et particulièrement ajaccien a évolué à la vitesse grand V. Il faudrait-être aveugle ou menteur pour dire le contraire.

Pourtant, dans le même temps, sur différents endroits de l’île, des hommes corses s’entretuent autour des projets immobiliers. Les communes, les marchés publics et les projets de constructions diverses sont l’objet du désir de la crapulerie organisée.

Le jour et la nuit, la lumière et l’ombre modèlent la société corse posée sur cette terre  entourée d’eau. Pour le meilleur et le pire!!

Au fil du temps, les biens mal acquis ont fait la fortune de la crapulerie organisée. Ces biens ont suscité convoitises et jalousies entre les bandes de crapules et assassins.

les faits relatés dans la presse insulaire pourraient appeler différentes questions dans la population corse afin d’éclairer la monstruosité de la triste réalité imposée par le mensonge et l’aliénation.

Le constat d’une population terrorisée psychologiquement ou physiquement est terrible à dévoiler à la face du monde. La honte est bien ancrée dans les esprits simulant orgueil et fierté.

Ainsi, la population corse convaincue et contrainte est devenue complice .

La perversion de la manipulation mentale  infligée à tout un peuple a produit bon nombre de monstres et d’aliénés esclaves de quelques pseudos- maîtres de Corse.

14495290_1082895368431624_2011950342155305691_n

Délivrée en Corse, un dimanche, le dixième jour de septembre 2017

2017 /09/10 délivrée…

Ce dimanche, j’ai envie de m’exprimer loin de l’acteur ou citoyen que je suis, au quotidien.

Aujourd’hui, je me pose en politique et seulement en politique. Je ne suis ni instruit, ni éduqué, ni formé pour la société ilienne, dans laquelle je nage tant bien que mal selon la météo et la masse de gens qui m’entoure.

Maintenant, je préfère la contemplation et la compréhension du monde qui m’entoure, en Corse.

De cette île de beauté et enfumée, j’observe les jeux humains des hommes purs,  naïfs, puis instruits, éduqués, formés pour devenir idiots, crapules ou monstres envers leurs semblables. Les miracles sont peu nombreux pour sauver les âmes perdues dans l’obscurantisme .

En Corse, rares sont ceux qui ont évolués dans un autre chemin de vie. La violence de la crapulerie organisée s’est banalisée. Elle a brillé de mille feux et attiré les crédules ou suiveurs pour les perdre et les détruire. L’eldorado promis n’était que cimetière de larmes et de sang. La douceur des illusions se révèle amère, en 2017. Le constat n’est pas la joie pour le grand nombre. Que sera demain ?

Tous les jours, les humains se croisent sans se voir ou se toucher. Il se dit, parfois ou souvent que tous les chemins mènent à Rome (au pouvoir).

Ma question : arrivés à Rome, que se passera t-il ?

Comme réponse, j’ai droit à des sourires et des grimaces silencieuses des gens qui sont autour de moi, proches ou lointains.

L’hypocrisie s’installe et les gens s’éloignent par les pensées et se figent physiquement près de moi… Je suis leur semblable , je suis près d’eux et les observateurs pensent que je sui des leurs. Erreur !!

Ici, mes visiteurs de l’instant ? Leurs attitudes ou comportements donnent à mon observation, l’objet de mon désir : la compréhension !!

Depuis mon enfance, j’essaye de comprendre le monde qui m’entoure. Cela me montre les chemins de vie. Les causes me questionnent plus que les symptômes ou les effets…

Tous les jours, j’observe et j’écoute beaucoup de personnes, et je leur sers à boire et à manger dans mon petit « monde ».

Le décor est l’observation, l’écoute et le service de l’AUTRE.

Le spectacle doit continuer.

A deux, nous sommes le théâtre du monde pour l’observateur élevé.

Le film de cette vie, je le nomme : « Le bon, la brute et le truand »

Partir de cette fable, me prend trop de temps sans quitter cette terre que j’aime  comme j’aime le soleil et sa bonne chaleur.

Bercé entre l’objet et le désir, je ferme mes yeux pour imaginer une autre vie sur cette île posée au milieu du ciel , blanc, gris ou noir, nuageux …

Que sera mon rêve ?17190842_1430499483690259_5965354839644314914_n

 

 

Histoire ouverte: Et si c’était possible ? Expérience: « Civisme in the city » .

Histoire OUVERTE…

ET si c’était POSSIBLE à AJACCIO ?

(Une histoire de politique réelle )

« Civisme in the city »

7 novembre 2016/7 septembre 2017

10 mois ou 304 jours

« L’intérêt général, c’est nous ; La démocratie, c’est nous »

 

 

 

 

Il était une fois à Ajaccio, une expérience extra-ordinaire baptisée :

« Civisme in the city »

Elle dura du 7 novembre 2016 au 7 septembre 2017, soit 10 mois, soit 304 jours !!

Après plusieurs années et le constat d’avoir vu, subi et supporté les dégâts de l’absurdité dans ma cité d’Ajaccio et devant ma porte, au 10 cours Napoléon, je décidais d’analyser l’incivisme plutôt que de m’énerver ou me perdre face à la situation imposée par une minorité de mes semblables.

Je voyais et comprenais que quelques « monstres » parmi nos semblables faisaient force et modèle en imposant l’incivisme destructeur …

L’estime de la société, personnelle, des autres est fondamentale pour moi…

Alors RESPECT ?

Qui aimerait être bafoué, soumis, esclave de la bêtise de quelques citoyens pervers ?

Comment fallait-il faire pour démontrer que l’INCIVISME AJACCIEN pouvait être terrassé avec de l’intelligence collective, des cœurs d’hommes et de femmes généreux au service de l’intérêt général ?

Pour cette expérience, il me fallait prendre un point de départ : (le 7 novembre 2016) et un point d’arrivée : (le 7 septembre 2017) pour poser ce cadre entre l’Avant et l’Après dans la vie de notre société ajaccienne.

–           Mon idée ? Choisir un territoire, un lieu. J’ai choisi une petite zone avec les deux points de collecte de part et d’autre du bistrot du cours face à la préfecture de région…

–          Ma méthode ? Le matin, à la-mi journée et en soirée, prendre des photos pour montrer le travail et l’état des lieux sur le trottoir pendant toute la journée jusqu’au moment de la collecte.

–          Mon but ? Faire remplacer, pendant une période définie de 10 mois, la malveillance par le civisme sur une petite partie de la commune d’Ajaccio, en son cœur de ville.

Comme d’autres « conscients ajacciens », je sais que l’incivisme est un virus inoculé par les pervers !!

 

 

Voici quelques dates ou pierres blanches du début à la fin de l’expérience baptisée « Civisme in the city » :


7 novembre 2016:

La CAPA décide de changer la collecte des déchets et cartons sur le cours Napoléon***.

Changement qui suscite l’opportunité et ma prise de décision de montrer et démontrer que  le civisme peut vivre face à l’incivisme ajaccien.

Pendant 10 mois, je vais observer les faits et lutter contre l’incivisme et la bêtise humaine du monde qui m’entoure et qui détruit les consciences, jour après jour.

COMMENT appliquer la méthode ? En prenant des photos, 3 fois par jour, des deux points de collecte situés de part et d’autre du 10 cours Napoléon, sur le trottoir.

-Côté gauche, 1er point de collecte : devant la boutique ORANGE.

-Côté droit, 2ème point de collecte : devant la boutique MANGO.

 

 

 

28 mai 2017 :

un dimanche de printemps où un grand pas a été effectué pour avancer vers le bon sens commun dans la cité ajaccienne.

Après des échanges virtuels assez vifs sur internet avec un élu ajaccien, je peux dire qu’un miracle s’est produit ce jour-là pour l’intérêt général.

C’est aussi dans cet échange virtuel avec mon représentant élu que j’ai appris mon rôle dans la vie :  « un acteur de science fiction qui mettait la ville à feu et à sang» . Pourtant, Je ne me sentais pas encore « Mad Max » dans la vraie vie de tous les jours …

Cette étiquette drôle  resterait dans mes souvenirs à raconter, plus tard, à mes enfants et petits enfants…

 

29 mai 2017 :

le lundi matin à 7 heures, j’ai cru halluciner en arrivant au Bistrot.

La décharge sauvage qui me pourrissait les jours et les nuits depuis de nombreuses années avait, en grande partie, disparu (débarrassée à 90%) grâce au travail matinal des agents CAPA missionnés par l’élu responsable.

L’élu ajaccien avait pris conscience de la situation et avait donné les consignes aux services de la CAPA.

« Miracle » ou pas, je réalisais qu’à 7 heures, ce lundi matin, je retrouvais le sourire perdu, depuis si longtemps.

 

30 mai 2017 :

le mardi matin, à 7 heures, les restes d’ordures déposés par les personnes malveillantes dans cette décharge sauvage en plein centre – ville avaient disparu définitivement du paysage.

En 2 fois deux heures (de 5 heures à 7 heures) le lundi et le mardi, des années de « trop plein » ou souffrance s’envolaient grâce au travail des services de la CAPA et de la bonne conscience et volonté d’un collectif d’élus, administratifs et agents conscients.

Je remerciais un des élus de la CAPA en début d’après-midi.Il était venu avec un autre homme vérifier le travail accompli.

Le soir venu, je passais le balai dans le passage pour rendre le lieu bien propre.

Enfin, la roue tournait dans le bon sens vers l’intérêt général…

 

4 août 2017 :

ce vendredi fut le jour où la goutte de trop versée par mon voisin du « grand café Napoléon » donna encore un peu plus d’huile de coude à mon moteur.

C’est juste ce qu’il fallait pour aller vers plus d’équilibre afin d’instaurer le civisme dans cette petite partie de la commune d’Ajaccio. Il m’avait motivé pour faire encore plus d’efforts contre la connerie humaine.

Arrivé tôt le matin, à 6h30, je constatais dépité que la « montagne » de cartons déposée la veille par mes voisins du Café Napoléon n’avait pas été enlevée par les services de la CAPA. Et pour cause !! Les cartons avaient été déposés après le passage du camion de collecte. La collecte des cartons est unique.

La CAPA avait prévenu tous les riverains, en amont, que les services ne passeraient plus après l’heure à respecter pour enlever les cartons. Tout le monde savait. Personne ne pouvait ignorer les informations pratiques données par les agents de la CAPA.

Je décidais de prendre en photos les cartons du Grand Café Napoléon et les diffuser sur les réseaux sociaux pour démontrer la responsabilité et enclencher une prise de conscience salutaire.

Aussi, après la prise de photos, je ramassais tous les cartons du voisin pour les dégager du trottoir. Sous le regard furtif, fixe et croisé de la patronne du Napoléon qui ne prenait pas la peine de venir m’aider à ramasser ses propres poubelles.

Je mettais tous les cartons « napoléoniens » de côté, après quelques allers-retours entre le trottoir et le passage abrité de la descente jouxtant le bistrot.

Le soir, après 18h30, à la bonne heure, rebelote dans l’autre sens pour tout mettre  à la collecte des services de la CAPA.

Vers 19 heures, mon voisin « Le patron » qui était arrivé à la mi-journée, comme souvent, rentra dans le bistrot et se dirigea vers le fond de ma grotte. Je discutais avec mon ami quand le spectacle hallucinant commença.

–          « Oh Pascal !! Ce n’est pas sympa ce que tu as fait !! »

A peine la phrase finie, je comprenais avec cette remarque qu’il fallait que je me mette en mode « débile » pour accepter ce qui me semblait insupportable.

Un vrai sketch !! Mon voisin jetait ses poubelles chez moi et venait me faire la morale. Grandiose !!

Je répondais : « Quand les clients de ma terrasse, se lèvent en me disant que cela pue la moule pourrie et vont s’asseoir sur TA terrasse du Napoléon qui jette les moules tout près du bistrot, est-ce que je suis sympa de ne rien dire quand tu encaisses mon argent ??? » SILENCE de mon cher voisin … Pendant de longues secondes .

Enfin, après cette discussion houleuse où j’avais remis les choses en place, mon voisin décida de garder ses moules et ordures devant chez lui, pour ses clients.

Depuis le 7 août 2017, le Grand Café Napoléon jette ses poubelles devant son établissement. Tout le monde (Tout le monde ? … Sauf le Napoléon ) a retrouvé le sourire et le bon sens…

 

7 septembre 2017 :

Fin  de l’expérience « Civisme in the city » 7 novembre 2016/ 7 septembre 2017.

Conclusion:

on peut dire que la politique sert le bien,  quand elle le veut bien.

Première chose: remercier tous les acteurs de cette expérience .

Les hommes et femmes conscients, bienveillants qui ont pris la mesure du problème de l’incivisme, m’ont donné la satisfaction d’avoir tenu pendant 10 mois

Les élus, chefs de service responsables et agents de la CAPA, les riverains, les passants, les ajacciens ou les visiteurs d’Ajaccio ont joué le jeu consciemment ou sans le savoir. C’est un fait !!

Pendant 304 jours ou 10 mois, ils ont réussi l’impossible : faire vivre le civisme sur un petit morceau de la commune d’Ajaccio !!

Et maintenant ?

Demain est un autre jour… TOUT VA BIEN SE PASSER !!

***L’article de la CAPA avant le 7 novembre 2016:

 « A partir du lundi 7 novembre, la collecte en porte à porte des déchets sera étendue au cours Napoléon et aux rues adjacentes et passera à l’heure d’hiver. L’opération ayant été lancée il y a plusieurs mois a porté ses fruits quand bien même resterait-il quelques récalcitrants qui ne tarderont pas à rentrer dans le rang.

 

A cet effet, depuis jeudi et ce jusqu’au 6 novembre prochain, les agents de la CAPA vont à la rencontre de l’ensemble des segments de population (particuliers, commerces non alimentaires, CHR et boucheries/traiteurs) pour les informer des nouvelles modalités de collecte qui entreront en vigueur.
A noter que les changements relatifs aux modalités concernent les points suivants :
– Le périmètre géographique étendue et plus lisible graphiquement pour tous
– Les horaires d’hiver s’appliqueront aux secteurs 1 et 2 du centre-ville d’Ajaccio
– Pour tous les segments, la collecte des emballages s’effectuera le mercredi et désormais le vendredi
– Pour les boucheries, traiteurs et commerces non alimentaires, suppression de la collecte des sacs gris le vendredi de 23 heures à 3 heures. 
Elle s’effectuera uniquement de 19 à 20 heures tous les jours sauf le mercredi et vendredi.
J.-F .V. »

18839283_1887326264848246_8351237961979862563_n

Un des agents CAPA qui font un travail remarquable au quotidien.

18766389_1887158118198394_2273390293431873823_o

AVANT (le 28 mai 2017)

18892905_1887326428181563_2119871055792582245_n

APRÈS (Le 29 mai 2017)

16463654_1256580864440258_8542666874401380513_o

ORA (Observer. Réfléchir.Agir)

tout va bien se passer